2022 02 ECHOS DES BENITIERS

 

 ÉCHOS DES BéNITIERS

L’Église avec Houellebecq

Il faut reconnaître au romancier Michel Houellebecq l’art de capter « l’air du temps ». Son nouveau roman Anéantir nous fait pénétrer dans le monde des EHPAD.

Au moment du scandale de l’ORPEA, c’est bien vu, au moins du point de vue du succès éditorial.

Comme d’habitude,  les corps ont toute leur place dans cette fiction, « le plaisir, la douleur, la souffrance… » Houellebecq nous remet « devant les dysfonctionnements chroniques de notre société ».

Mgr Pascal Wintzer, archevêque de Poitiers, s’est réjoui que « la question religieuse soit si présente dans les livres de Houellebecq. » Pour lui, « les grands organismes collectifs qui, dans le passé, ont contribué à construire nos sociétés, semblent de plus en plus disqualifiés pour cette tâche.

Ceci concerne aussi les religions, dans leurs fonctionnements institutionnels.  Elles aussi sont frappées de cette impuissance dont on s’excuse à bon compte en invoquant la complexité. »

On avance ! Alors, Michel Houellebecq, à quand une fiction réaliste sur les tripotages de sacristie ?

 

Ils ont trop cru au Père Noël

À l’occasion de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, l’évêque luthérien Jukka Keskitalo a annoncé les excuses prochaines de son Église aux Samis, à la suite d’une commission d’enquête, pour « les méfaits passés et les péchés structurels qui continuent d’avoir un impact sur la vie des gens. » 

Les Samis sont devenus chrétiens à la fin du XVIIIème siècle. Unique peuple autochtone d’Europe, au nombre de 100 000, ils habitent en Arctique, dans le nord de la Finlande, de la Norvège, de la Suède, et dans la péninsule russe de Kola où ils vivent de l’élevage des rennes.

Durant la majeure partie du XXe siècle, ils ont été considérés comme non civilisés et inférieurs par les gouvernements finlandais, dont ils attendent les excuses depuis des années.

En Suède, l’archevêque primat de l’Église luthérienne avait présenté ses excuses en novembre dernier, pour de 

« graves violations de la dignité humaine » à l’encontre du peuple Sami. Elle a annoncé un « plan de réconciliation » de 3,9 millions d’euros sur dix ans. En Norvège, le processus est en cours.

 

USA : on ne plaisante pas avec l’administration

Des centaines de fidèles du diocèse de Phoenix, en Arizona (États-Unis), ont appris que leur baptême n’était pas valide en raison de l’emploi d’une mauvaise formule rituelle par le prêtre.

La Congrégation pour la doctrine de la foi avait déjà statué sur des cas similaires en août 2020, lorsqu’un autre prêtre américain, le père Matthew Hood du diocèse de Détroit, avait découvert que son baptême n’était pas valide. Tous les sacrements qu’il avait reçus ou donnés depuis avaient donc également été invalidés. 

 

Le pape François reconnaît saint Irénée de Lyon comme docteur de l’Église 

Saint, théologien, deuxième évêque de l’église de Lyon. Saint Irénée de Lyon a été officiellement déclaré, vendredi 21 janvier, docteur de l’Église, avec le titre de « doctor unitati. »

Le successeur de Pothin, devient ainsi le 37e docteur de l’Église catholique, titre porté par des personnes à l’origine d’une « doctrine éminente, à la demande de Philippe Barbarin.

Saint Irénée, mort vers l’an 201, est considéré comme le premier grand théologien de l’Occident.

Né en Asie mineure, il fut dans sa jeunesse un disciple de saint Polycarpe de Smyrne, réputé pour avoir été lui-même été proche de l’apôtre saint Jean.

 

Convergence des luttes

Le pape François invite les religieuses, « parfois traitées injustement », à « se battre ». Dans un message publié mardi 1er février, le pape François évoque, à mots couverts, le sort des sœurs réduites « à la servitude » par des « hommes d’Église ». Un cas de figure très répandu dans l’Église universelle et loin d’être rare à la Curie.

 

2021 12 PACIFISME AN II 187

PACIFISME

UNE CENTAINE DE RASSEMBLEMENTS ET INITIATIVES, POUR LA PLUSPART TRES UNITAIRES, ONT ETE REALISES, DANS LE PAYS, AUTOUR DU 11 NOVEMBRE 2021

À LYON, 60 CITOYENS PACIFISTES SE SONT RASSEMBLES
Au monument aux morts de Lyon, sur l’Ile du Souvenir, au Parc de la Tête d’Or.
A L’APPEL DES ASSOCIATIONS SUIVANTES :
ASSOCIATION LAÏQUE DES AMIS DES MONUMENTS PACIFISTES DU RHONE

RHONE : COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUN DES ORGANISATEURS
« Jeudi 11 novembre à 15 heures, devant le monument aux morts de Lyon, sur l’ile du Souvenir, au parc de la Tête d’Or, s’est tenu un rassemblement pacifiste, parmi près d’une centaine dans le pays. Dans la fidélité au souvenir des millions de civils et militaires qui ont perdu la vie ou dont la vie et celle de leur famille a été saccagée par le militarisme pendant la première guerre mondiale, 60 citoyens et citoyennes se sont rassemblés à l’appel de l’Association Laïque des Amis des Monuments Pacifistes du Rhône, de la Fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l'Homme, de la Fédération du Rhône de la Libre Pensée, du Mouvement de la Paix (Rhône), de l’Institut d’Histoire Sociale–CGT du Rhône, du Forum de Solidarité Euroméditéranéenne, de l’Union départementale des syndicats CGT du Rhône, de l’Union départementale des syndicats CGT-FORCE OUVRIÈRE du Rhône, pour dire :
NON A LA GUERRE, A TOUTES LES GUERRES - ARRET DES OPEX - REHABILITATION COLLECTIVE DES FUSILLES POUR L’EXEMPLE DE LA GUERRE 1914-1918.
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Lyon, le 12/11/2021. »

 

COMMUNIQUE NATIONAL F.N.L.P

 

« MESDAMES ET MESSIEURS LES DEPUTES :
VOTEZ LA PROPOSITION DE LOI POUR LA REHABILITATION COLLECTIVE DES FUSILLES POUR L’EXEMPLE DE 1914-1918 !

La Fédération nationale de la Libre Pensée a été auditionnée le jeudi 9 décembre 2021, à l’Assemblée nationale, par la Commission examinant la proposition de loi N°4636 portant la réhabilitation collective des 639 Fusillés pour l’exemple de la Première Guerre mondiale.
Cette proposition de loi a été déposée initialement par le Groupe parlementaire de la France insoumise, puis plusieurs autres députés, à la suite notamment des démarches de la Libre Pensée, ont cosigné celle-ci. D’autres devraient encore s’y joindre.

Les cosignataires à ce jour : M. Jean-Luc Mélenchon, Mme Mathilde Panot, M. Alexis Corbière, Mme Clémentine Autain, M. Ugo Bernalicis, M. Éric Coquerel, Mme Caroline Fiat, M. Michel Larive, Mme Danièle Obono, M. Loïc Prud’homme, M. Adrien Quatennens, M. Jean-Hugues Ratenon, Mme Muriel Ressiguier, Mme Sabine Rubin, M. François Ruffin, Mme Bénédicte Taurine, Mme Annie Chapelier, M. Jean-Paul Lecoq, M. Moetai Brotherson, M. François-Michel Lambert, M. Richard Ramos, M. Olivier Falorni, M. Paul Christophe, Mme Michèle Victory, Mme Marie-Noëlle Battistel, M. Régis Juanico, Mme Sylvie Tolmont.

Il serait incompréhensible que des députées et députés, connus pour leur attachement à cette cause, ne cosignent pas à leur tour cette proposition de loi. C’est affaire de justice et non de clivage partisan.

La Fédération nationale de la Libre Pensée appelle ses Fédérations départementales à intensifier les démarches auprès des députés de leur département pour qu’ils et elles s’engagent à voter cette proposition de loi.
IL EST TEMPS DE RENDRE JUSTICE AUX VICTIMES DE LA GUERRE !
Craonne, le 13 décembre 2021

La fédération du Rhône s’est adressée aux 14 députés du département, qui pour la plupart n’ont pas répondu ou se sont contentés d’un accusé de réception. Quelques exceptions cependant :

Mme Danièle Cazarian (LREM, 13ème circonscription) « a bien reçu votre courrier concernant la réhabilitation des plus de 600 "fusillés pour l'exemple" de la Grande Guerre et vous remercie de votre interpellation. Mme la députée regardera cette PPL avec grande bienveillance lors des débats. »

M. Touraine (LREM, 3ème circonscription) « partage totalement l'objectif et le principe d'une réhabilitation collective des fusillés pour l'exemple de la Première Guerre Mondiale.
Il attend toutefois les débats à l'Assemblée Nationale pour se positionner définitivement sur le texte.
Il suivra attentivement les discussions. »

Monsieur le député Thomas Gassilloud (LREM, 10ème circonscription) « a pu lire votre message et vous remercie de l'avoir contacté a propos d'un sujet aussi important que celui des hommes tombés sous les balles de leurs propres compagnons d'armes.
Malheureusement, le 17 janvier, jour du vote de la loi, il sera en déplacement à l'étranger pour une mission parlementaire qu'il est dans l'impossibilité de repousser. »

 

REUNION-DEBAT SUR LE SNU

LE 12 DECEMBRE 2021, A L’INITIATIVE DU MOUVEMENT DE LA PAIX, UNE REUNION-DEBAT « POUR OU CONTRE LE SNU ? » A EU LIEU DANS LA
SALLE RAVAT A VENISSIEUX
Un débat très large a eu lieu, animé par Arlette CAVILLON, Responsable du Mouvement de la Paix sur la commune, introduit par Xavier HYVERT, membre du bureau de la Fédération du Rhône de la Libre Pensée.
Ce sont la même appréciation et la même exigence que celles entendues au Meeting organisé par le COLLECTIF ANTI-SNU, le 10 novembre dernier à la Mutualité, à PARIS qui se sont exprimées dans le débat :
NON A L’EMBRIGADEMENT MILITARISE, A L’UTILISATION DE LA JEUNESSE COMME MAIN-D’ŒUVRE GRATUITE,
UNITE POUR L’ABROGATION DU SNU

LE POINT DE VUE DE LA LIBRE PENSEE : « Un service, quand il devient obligatoire, n’est plus un service, mais une corvée » (Marie Mullet-Abrassart, Présidente de Scouts et Guides de France) … Il est à noter que si pour le Service civique étaient exclus les Comités d’entreprise, les syndicats, les partis et les associations religieuses, pour le SNU, il n’est fait mention d’aucune incompatibilité. Chacun voudra se servir en main d‘œuvre gratuite. … Il s’agit toujours d’enrôler la jeunesse, pour lui apprendre à obéir, et à lui faire aimer la couleur et le goût du kaki. … Ferdinand Buisson, Président de la Libre Pensée et artisan de la loi de 1905 de Séparation des Églises et de l’État disait au Congrès de la Paix de Lausanne en 1869 : « Ce n’est pas seulement dans les assemblées populaires, dans les journaux, dans les congrès, qu’il faut combattre et extirper le militarisme. […] Il faut le combattre dans le goût qu’on a pour l’uniforme. […] Habituer les enfants à se dire : un uniforme c’est une livrée, et toute livrée est ignominieuse, celle du prêtre et celle du soldat, celle du magistrat et celle du laquais. … Faire marcher au pas la jeunesse au son du clairon, saluer le drapeau tricolore et leur faire chanter des hymnes patriotiques, a toujours été l’objectif des totalitaires. »
… Les guerres d’hier préparent toujours les guerres de demain. … Pour maintenir l’oppression et l’exploitation de ce vieux monde qui sent la poudre, la mort et la misère, il faut réprimer la jeunesse et tous ceux qui se révoltent. Comme au temps de Raymond Marcellin, Raymond la matraque comme l’appelaient les étudiants en 1968, la police et les gardes mobiles de Castaner frappent sans cesse aujourd’hui. C’est en rang par deux, je veux ne voir qu’une tête. Et le bilan est là, éloquent et dramatique contre les Gilets jaunes : plus de 11 000 gardes à vue, 3 200 condamnations, 400 peines de prison ferme avec incarcération immédiate, 600 autres peines de prison, 1 300 peines avec sursis, 2 500 blessés graves, dont 24 éborgnés et 5 mains arrachées. C’est un carnage répressif.
Ce sont les mêmes, en uniforme, qui réprimaient les déserteurs, les mutins, les syndicalistes entre 1914 et 1918 qui ne voulaient pas mourir pour rien. Ils en passèrent 130 000 dans les Conseils de guerre, en condamnèrent 2 500 à mort et en firent fusiller 639 pour l’exemple. Des milliers périrent dans les bagnes en Afrique du Nord. Mutilés pour l’exemple, fusillés pour l’exemple, condamnés pour l’exemple, réprimés pour l’exemple. … C’est toujours la même répression pour tenter de sauver un monde à l’agonie.
C’est pour le droit de dire Non, que la Libre Pensée combat depuis des décennies pour la réhabilitation collective des Fusillés pour l’exemple, … C’est pour avoir le droit de dire Non qu’elle a rédigé une proposition de loi de réhabilitation qui, déposée par le Groupe LA FRANCE INSOUMISE, sera discutée et nous l'espérons votée le 13 janvier 2022 (?) au Parlement… La Libre Pensée a toujours dit NON au militarisme et à la guerre entre les peuples, elle a redit NON en 1940, elle continuera toujours à dire NON aux projets totalitaires d’aujourd’hui.

MAUDITE SOIT LA GUERRE ET L’EMBRIGADEMENT QUI LA PREPARE INEVITABLEMENT.
UNITÉ DES ASSOCIATIONS ET DES SYNDICATS POUR L’ABROGATION DU SNU.

 

2021 06 ECHO BENITIERS

 ÉCHOS des bénitiers

Immersion mortelle

   « Nous ne changerons jamais de rituel ! Les canons de cette religion sont en place depuis mille ans. Nous ne nous ferons pas intimider. » Voilà ce qu’a déclaré Teodosie Petrescu, l’archevêque ultra-orthodoxe de Tomis en Roumanie, lors d’une polémique provoquée par la mort par noyade d’un enfant de six semaines en février dernier. Celui-ci avait été plongé entièrement dans l’eau bénite. La pratique était certainement excellente pour son Salut éternel, moins pour son système respiratoire.

   Les pratiquants locaux s’en sont émus et ont lancé une pétition pour que les bébés aient simplement la tête aspergée, recueillant 60 000 signatures (chiffre non à jour).  Pour l’instant c’est niet.

 

Multi-récidiviste

   Ledit archevêque, membre du Saint-Synode de l'Église orthodoxe roumaine, n’a pas le même respect pour le code pénal qui, il est vrai, n’a pas encore ses mille ans. Il avait déjà été accusé de prise de pots-de-vin et de faux et usage de faux en 2009, à la suite d’une enquête du journal România Liber

   Il avait été pris la main dans le sac, empochant pour son compte l’argent des inscriptions à la Faculté de théologie. Un an plus tard, c'est un million d'euros que le fisc roumain lui réclamait, dont il ne remboursa qu'une partie - une centaine de milliers d'euros tout de même.    Plus récemment, il a été convoqué en qualité de témoin dans une sombre affaire au sujet du livre "Le mont Atos. La patrie de l'orthodoxie" soi-disant écrit en prison par un certain Gigi Becali et coordonné par l'archevêque.

   En Roumanie, c’est toute une industrie éditoriale qui s’est développée autour de livres écrits en prison, dans le seul but d’obtenir des remises automatiques de peine.

   En 2016, de fortes suspicions de corruption à plusieurs niveaux pesaient autour de la rédaction de ces livres.

 

Perseverare diabolicum

L’église parisienne Saint-Eugène - Sainte-Cécile avait déjà organisé deux messes en avril 2020, en plein confinement. Rebelote lors pour les fêtes de Pâques, un an après : le prêtre et son vicaire doivent répondre de leurs actes pour « mise en danger de la vie d’autrui », « non-port du masque » et « rassemblement de plus de six personnes sans respect des gestes barrières ».

Sur des vidéos, on voit l’hostie mise directement dans la bouche du fidèle, avec les doigts. Miserere !

 

3340 euros le blasphème

   C’est le montant non négligeable infligé au rocker polonais Adam Darski dit « Nergal », pour offense aux sentiments religieux ou aux symboles nationaux. Il est vrai que le rocker avait piétiné une image de la Vierge en 2019, et immortalisé son geste sur Instagram. Il est vrai aussi qu’il n’en était pas à son coup d’essai, ayant bravement déchiré la Bible sur scène. En fait, il en est à son 6ème procès, dont trois en cours.

Quand même, ça fait cher !

 

Solidarnosc Behemoth

   En très peu de temps, Nergal a collecté le double des 23 000 euros espérés. L’artiste avait lancé sur les réseaux sociaux un appel au soutien et à la collecte de fonds pour la défense de la liberté artistique. Quelle que soit la qualité « artistique » du groupe Behemoth qu’il a fondé en 1991 et dont la réputation a franchi les frontières, il faut reconnaître à Nergal une motivation politique qui ne manque pas de sens dans la Pologne de 2021.

   « Je tire la sonnette d’alarme, explique-t-il: en 1989 nous avons mis fin à un régime totalitaire, communiste et voilà que, peu de temps après, nous avons un nouveau régime, cette fois nationaliste-religieux

   Plus précisément, il met en cause un article du code pénal : « Je ne suis pas d’accord avec cette pathologie qu’est l’article 196 (…)  qui pénalise l’offense aux sentiments religieux, à un objet du culte ou un lieu destiné à son exercice. » Le paragraphe incriminé prévoit jusqu’à deux ans de prison pour une personne jugée coupable.

   Pour Nergal, les fonds récoltés serviront à soutenir toute action destinée à « faire comprendre aux gens qu’on court un grave danger d’annexion de notre liberté. »

De fait, selon les médias polonais, le parquet a été saisi 90 fois pour offense aux sentiments religieux en 2018, contre 136 fois l’année suivante et 146 fois en 2020. Ainsi, trois militantes des droits des homosexuels ont été poursuivies pour avoir offensé ces sentiments en collant des affiches de la Vierge Marie auréolée d’un arc-en-ciel. Elles ont quand même été blanchies. Un arc-en-ciel, c’est très joli, et pas plus choquant que douze étoiles !

 

Une affaire de goût

   Certes, Nergal n’est pas Frédéric Chopin. Son art est peut-être moins subtil. Mais il met toujours en garde qu’on assiste à ses concerts sous sa propre responsabilité. « Si vous êtes aussi vulnérable avec vos sentiments religieux, ne visitez pas mes sites internet, ne regardez pas mes vidéo-clips, vous n’êtes pas invités à voir mes concerts ».  Ses détracteurs éprouvent probablement un plaisir masochiste à regarder ses performances. « Ils y entrent et après ils se fâchent contre moi ». Effectivement.

Grand exode de croyants en Belgique

(Info « la Croix ») Mgr Johan Bonny, évêque d’Anvers (Belgique) a assuré, mercredi 28 avril, que près de 700 personnes avaient quitté fin mars les paroisses de son diocèse. En cause, leur désaccord avec la publication, par la Congrégation pour la doctrine de la foi, d’une note sur l’interdiction des bénédictions d’union de couples homosexuels.

 

2021 11 ECHOS DES BENITIERS

 

 ÉCHOS DES BéNITIERS

Ce mois-ci, les échos résonnent à n’en plus finir. Ils font trembler les murs.

Le rapport Sauvé est passé par là, avec sa litanie d’abus, de viols et de turpitudes que seule l’Église paraît découvrir. Nous prions nos lecteurs qui n’en seraient pas lassés de se reporter directement au texte du rapport, nos colonnes constituant un support dérisoire face à l’ampleur des faits.

Nous nous contenterons de quelques échos sur la confession, et de faits divers en marge du rapport. 

 

Bel exemple !

(Document reproduit par le « Canard enchaîné »)

« Mais priez, mes enfants. Dieu vous exaucera en peu de temps.  Mon fils se laisse toucher »

Telle est la phrase apparue au ciel en lettres d’or à quatre enfants de Pontmain, commune de Mayenne, le 18 janvier 1871. 

La Vierge s’était montrée à leurs yeux comme je vous vois, sous la forme d’une belle dame vêtue d’une robe bleue semée d’étoiles.

À l’époque elle apparaissait souvent. Depuis elle s’est lassée.

L’affiche reproduite ci-contre est une invitation à participer au pèlerinage de Pontmain. Elle a été produite par le diocèse de Sées, dans l’Orne, que nous ne féliciterons pas pour son bon goût.

 

 

Quand on aime on ne compte pas

D’après une enquête du Times publiée en septembre, un prêtre de l’Église catholique a été arrêté et assigné à résidence pour un délit financier dans la ville toscane de Prato.

Francesco Spagnesi est accusé d’avoir volé 100 000 euros dans les caisses de sa paroisse pour se procurer des drogues pour des orgies. Le prêtre de 40 ans a reconnu avoir fourni du GHB, dite « la drogue du viol », lors de parties fines, mais nie avoir pioché dans les caisses de sa paroisse.

Quelque 200 personnes ont été interrogées par les autorités italiennes.

Elles ont participé à ces soirées. Le suspect vivait en colocation avec un complice. Ce dernier, dénoncé par une source anonyme, a révélé à la police qu’il avait importé un litre de GHB des Pays-Bas, drogue de synthèse courante dans les soirées « chem-sex », où des gays s’adonnent à des activités sexuelles, en raison de ses effets euphorisants.

 

Vade retro 5G

Deux moines d'un couvent catholique intégriste du Rhône ont été mis en examen pour avoir saboté des antennes-relais par hostilité au déploiement de la 5G. Selon le parquet de Villefranche-sur-Saône, les deux hommes ont reconnu avoir mis le feu à un pylône téléphonique dans la nuit du 14 au 15 septembre à Saint-Forgeux. La nuit suivante, nos deux capucins ont été pris en flagrant délit à tenter d'incendier une antenne dans la commune d’Ancy.

Présentés à un juge d'instruction, ils ont reconnu les faits, expliquant avoir agi « pour prémunir la population des effets nuisibles » de la 5G. Ils ont été mis en examen pour « destruction et tentative de destruction par moyen incendiaire » et « association de malfaiteurs » et placés sous contrôle judiciaire.

Ils font partie d'une communauté capucine basée au couvent Saint-François, à Villié-Morgon, rattaché au mouvement intégriste de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. Ils auraient voulu agir pour le bien-être de l'humanité, les ondes étant « très nocives à la santé ». Une porte-parole du couvent a évoqué « un acte isolé et une erreur de jeunesse »". Les deux hommes sont pourtant âgés de 39 et 40 ans !

Confessions pastorales

L’abbé Jury écrivait (cité par Henri Perrodo-Le Moyne, dans « La Vérité sur la Confession ») :

Quand j’étais persuadé que la pureté était une loi pour tous les prêtres, chaque fois qu’un prêtre venait se confesser à moi, j’éprouvais angoisse et dégoût. En voilà encore un qui va me dire : « Je me suis procuré une pollution » ou « J’ai tripoté un petit garçon ou ma nièce, mais je ne sais pas si je l’ai fait délibérément : Je m’en accuse comme Dieu le connaît. »

Hélas ! c’était ça neuf fois sur dix. Aussi fuyais-je ce ministère. Je ne le fuis pas moins aujourd’hui, mais pour d’autres raisons je ne peux pas leur dire : « Ça n’a aucune importance ! On vous a imposé une vie impossible. »

Montrer les vices de la continence, montrer que tous les prêtres en sont atteints et donner au public le moyen de se rendre compte facilement, à première vue, des désordres créés par la continence. Quand le public pourra se dire : « L’abbé Un tel a tel vice, je ne puis me confesser à lui », l’Église sera obligée de supprimer sa loi.

Les confessions de Bolloré

La presse l’a largement relayé : quand ses proches s’étonnent de voir le patriarche « se comporter en pirate du lundi au samedi et en grenouille de bénitier le dimanche », courbé sur son prie-Dieu aux messes, qu’il ne manque jamais, Bolloré père répond sans fard : « La religion catholique est formidable : je pèche, je me confesse, je recommence. »

Le grand remplacement arrive

Depuis 2010, sur la tour nord de la primatiale Saint-Jean à une douzaine de mètres du sol, on peut apercevoir sous forme de gargouille le visage d'un certain Ahmed Benzizine, qui fut chef de ce chantier de rénovation.

Une tradition remontant au Moyen-Âge consiste pour les tailleurs de pierre à représenter certains de ceux qui ont travaillé sur le chantier des cathédrales. C’est une marque d’amitié et de reconnaissance.

Ahmed Benzizine étant musulman (et croyant), ses compagnons ont gravé dans la pierre l’inscription « Dieu est grand » …en français et en arabe.

       
 

Il n’y a là aucune provocation. Le tailleur de pierre explique dans Libération qu'« il n'y a pas que des catholiques qui travaillent sur les églises, il y a toujours beaucoup de musulmans, en échafaudage ou en maçonnerie ». Et l’archevêché n’a rien eu à redire.

Pourtant, à l’époque, quelques catholiques lyonnais (en particulier le mouvement des Jeunes Identitaires de Lyon), se sont étranglés devant la sculpture. Sur leur site internet, ils ont dénoncé le fait qu'« à Lyon, les musulmans se paient le luxe de s'approprier nos églises, en toute tranquillité et avec la complicité des autorités catholiques »… « Allahou Akhbar ! »

 
   
 
 

 

 

Du beau monde

Reinhard Marx, archevêque de Munich et Freising et « porte-parole des réformateurs », (Le Monde du 10/06/2021) est un des très hauts dignitaires de l’Église romaine au Vatican.

Président de la Commission des épiscopats de la communauté européenne de 2012 à 2018 et président de la Conférence épiscopale allemande de 2014 à 2020, il participe au conclave de 2013 qui élit le pape François et fait partie, depuis cette date, d'un groupe de neuf prélats chargés d’épauler le pape dans la réforme de la Curie romaine et la révision de la constitution apostolique Pastor Bonus.

Le 8 mars 2014, il est nommé membre et coordinateur du Conseil pour l'économie

Le 12, il est nommé président de la Conférence épiscopale allemande, jusqu’à l’an dernier, lorsqu’il a refusé de se présenter pour un second mandat.

Il vient de démissionner de sa charge d’évêque.

 

Ébranlements dans l’Église

   Aux développements qui ont précédé le procès Barbarin s’ajoute cette démission retentissante.  

Le cardinal Reinhard Marx a prié le Pape « d’accepter sa renonciation à sa charge d’évêque. »

Il s’agit bien d’une crise profonde.  Dans sa lettre de démission, Marx écrit au Pape vouloir « assumer la coresponsabilité de la catastrophe des agressions sexuelles commises par des représentants de l’Église au cours des dernières décennies », avant d’ajouter :

   « Les enquêtes et les expertises de ces dix dernières années n’ont cessé de me montrer qu’il y a eu à la fois des défaillances personnelles et des erreurs administratives, mais aussi une défaillance institutionnelle. L’Église n’a pas su en assumer la responsabilité “systémique”. Les polémiques et discussions plus récentes ont montré que certains représentants de l’Église ne veulent pas accepter cette coresponsabilité ni par conséquent la faute commune de l’Institution. Par conséquent, ils refusent tout type de réforme et d’innovation en ce qui concerne la crise liée aux abus sexuels. »

 

Réponse du pape

François a refusé la démission.

 « Et si vous êtes tenté de penser qu’en confirmant votre mission et en n’acceptant pas votre démission, cet évêque de Rome (votre frère qui vous aime) ne vous comprend pas, pensez à ce que Pierre a ressenti devant le Seigneur quand, à sa manière, il a présenté sa démission : "éloignez-vous de moi, je suis un pécheur", et écoutez la réponse : "sois le berger de mes brebis" » conclut le pape.

Le retour de l’Antéchrist

   (Lu sur Catho-Info) « Alors que les médias présentent le pape François comme un homme doux, bon et attentif aux pauvres, aux réfugiés, aux démunis et à toutes les formes d’exclusion, curieusement son discours sur le démon et les péchés est totalement ignoré. C’est pourtant bien un seul et même discours puisque le démon conduit au péché et au mal qui gangrènent le monde et en font un monde perclus d’exclusions. Or depuis son accession sur le trône de saint Pierre, le pape François ne cesse de montrer du doigt le démon et le péché. »

  

   Et le 11 novembre le pape est allé à la racine du mal, mettant à l’index l’Antéchrist. « Un nom violent que l’on croyait oublié et passé de mode, tant on le laisse aux millénaristes de tous poils.

Pourtant, l’Antéchrist existe bel et bien et s’oppose au Christ Lui-même, le défigure, le combat, comme il le fit sur la Croix, ou contre saint Michel... »

« Traditionis Custodes », le motu proprio du pape François

Le pape François a annoncé vendredi 16 juillet un encadrement plus strict de la messe ancienne en latin, revenant sur un décret de 2007 de son prédécesseur Benoît XVI qui avait largement donné satisfaction aux catholiques traditionalistes. Il estime que les concessions accordées dans le passé aux traditionalistes, dans un souci d’unité de l’Église, ont été utilisées de manière abusive au mépris du Concile Vatican II, pour « renforcer les différences, construire des oppositions ».

   Le pape Benoît XVI, qui s’est déclaré « attristé », avait justifié sa décision par un souci de « réconciliation » au sein de l’Église catholique, 19 ans après le schisme des adeptes de l’évêque Marcel Lefebvre, décédé en 1991, qui avait refusé Vatican II.

Dans son nouveau décret, le pape François précise que les évêques des diocèses auront désormais la compétence exclusive d’autoriser les messes des traditionalistes, et dans quelles conditions.

Sans le latin, sans le latin…

   Pierre-Maël et Aymeric, deux frères étudiants sur Lille, sont agacés : « Notre pape sort de réanimation et choisit de détruire ce que son prédécesseur a fait », déplorent-ils avant d’ajouter : « Mais ici dans le Nord, ça ne devrait pas trop être embêtant car nous avons signé une convention d’occupation avec l’évêché… »

   Ces fidèles pourront-ils continuer à célébrer la messe comme précédemment ? « On verra bien ce que fait l’évêque », répond Emmanuel, 51 ans, qui a retrouvé la foi il y a une vingtaine d’années grâce à la messe traditionnelle.

 

Apparition à Lourdes

Emmanuel Macron est le premier président de la Ve République à avoir été accueilli au sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes, au mois de juillet. Il a échangé pendant une heure et demie avec les pèlerins présents sur l’esplanade face à la basilique et à la grotte où la Vierge est apparue à Bernadette Soubirous, en 1858. Au cours de leur visite dans la ville mariale, Jacques Chirac et François Hollande n’avaient pas visité les sanctuaires.

 

Dans les bas-fonds de la ville de Londres

   L’affaire de l’immeuble de Londres, un procès hors-norme pour le Vatican.

La justice vaticane a ouvert, mardi 27 juillet, le procès de la tentaculaire affaire de l’immeuble de Londres, qui aurait coûté des dizaines et des dizaines de millions d’euros au Saint-Siège.

Détournement de fonds, malversations ou encore corruption, autant d’accusations dont devra répondre la dizaine d’accusés parmi lesquels le cardinal Becciu.

   La Secrétairerie d’État, incontournable administration centrale du Saint-Siège, s’est trouvée engluée dans des montages financiers hasardeux, engendrant des dizaines, voire des centaines de millions d’euros de pertes. C’est la question, en partie du moins, à laquelle devra répondre le procès, tenu dans une salle des Musées du Vatican.

   L’affaire avait été confirmée en novembre 2019 par François lui-même. Le pape avait alors envisagé des « problèmes de corruption », mais il était loin de se douter de l’ampleur du problème, ni du nombre de personnes impliquées.

Elle s’est vraiment révélée en septembre 2020, lorsque le cardinal Angelo Becciu, préfet de la Congrégation des causes des saints, que le pape avait contraint à la démission.

   L’acte de mise en accusation permet de mieux comprendre le scandale. À partir de 2013, la Secrétairerie d’État se lance dans des investissements d’autant plus hasardeux que ses responsables n’ont aucune connaissance particulière en la matière. Ce dicastère « est composé d’un management dépourvu de compétences financières, à plus forte raison parce qu’il s’agit de prélats », indique le document.

   Conséquence : la Secrétairerie d’État « a agi sans les précautions minimales que même la plus naïve des personnes aurait cherché à avoir. » Tragique idée, alors que le dicastère romain s’est retrouvé conseillé par des collaborateurs corrompus et des investisseurs sans scrupule.

   Les investissements se font largement au-dessus des valeurs du marché et les revenus ne reviennent pas vers la Secrétairerie d’État, tandis que les intermédiaires s’enrichissent et que des employés corrompus du Vatican touchent des commissions. Et tout cela, avec l’argent du denier de Saint-Pierre.

Le début d’une invraisemblable affaire à tiroirs …dont on n’a pas fini de parler !

 

Procès renvoyé à octobre 

La justice du Vatican a tenu mardi 27 juillet la première audience du procès de la tentaculaire affaire de Londres. Après une longue journée consacrée à des questions de procédures, il a été décidé de renvoyer le procès au 5 octobre prochain.

 

2021 03 ECHO DES BENITIERS

 

 
 

 ÉCHOS DES BéNITIERS

 

Le foot c’est sacré

La scène a conquis les fidèles de l’église de Barberino di Mugello, près de Florence.

Lors de la messe de Noël, le curé, grand fan de la Fiorentina, a réinterprété l’Évangile pour célébrer le carton de la Viola face à la Juventus (3-0) le 22 décembre. 

Le prêtre a remplacé le nom des trois rois mages par ceux des buteurs de la rencontre, y compris celui du malheureux latéral brésilien de la Vieille Dame, auteur d’un but contre son camp.

« Je ne veux pas mélanger le sacré et le profane, mais aujourd'hui les rois mages s'appellent Vlahovic, Alex Sandro et Cáceres », a déclaré l’homme d’Église, comme l’a rapporté le Corriere dello Sport.

Fan de San Lorenzo, le pape François, qui a sa carte de socio à Boca Juniors, a sûrement apprécié.

Et pendant ce temps-là, certains attendent encore la venue de Messi !

 

Bon pour une réprimande

L'ancien prêtre Bernard Preynat, 75 ans, avait été condamné à cinq ans de prison pour 20 ans d’agressions sexuelles sur mineurs, le 16 mars 2020.

Il n'a jamais été incarcéré et pourrait ne jamais l'être : son avocat a demandé l'avis d'un collège d'experts pour déterminer si son état de santé était compatible avec une détention. Il était pourtant apparu en bonne santé il y a un an lors de son procès devant le tribunal de Grande Instance de Lyon. 

Après sa condamnation, Preynat avait fait appel de la décision sans être placé en détention, avant de renoncer à cette procédure en novembre 2020. Il pourrait ne jamais connaître la prison.

Et pour cause d'insolvabilité, il ne payera pas non plus de dommages et intérêts.

 

« Compte tenu de l’âge de Preynat, une expertise sera ordonnée par le juge de l’application des peines (JAP) pour savoir si son état de santé est compatible avec l’exécution de la peine », a précisé son avocat Me Doyez, confirmant des informations de la radio RCF.

 

« Vous êtes condamné, vous êtes reconnu coupable, vous avouez les faits et vous voulez vous dédouaner d'aller en prison, en plus de ne pas pouvoir indemniser les victimes... C'est juste fou », a réagi l’une des victimes. « Après toutes ces années de procédure, cela peut donner l'impression aux victimes que la montagne a accouché d'une souris » a commenté l’un des avocats.  

 

Secret des dieux

C'est la fin du secret d'État ou plus précisément la fin du secret pontifical sur les abus sexuels.

Mardi 17 décembre, le pape François a levé le secret sur les délits d’agressions sexuelles dans l’Église catholique, tout en maintenant « un minimum de confidentialité ».  Au Vatican, on parle « d'un tournant historique ». 
Le secret pontifical, appelé parfois secret du pape, est une règle de confidentialité protégeant les informations sensibles relatives à la gouvernance de l'Église universelle, selon la définition du site Le forum catholique : « En substance, les raisons qui avaient conduit le législateur ecclésiastique à introduire, parmi les matières sujettes au secret pontifical, les délits les plus graves » comme les agressions sexuelles « cèdent le pas face à des valeurs qui sont considérées aujourd'hui comme plus élevées et dignes d'une protection particulière », comme « la primauté de la personne humaine blessée

« Les plaintes, les témoignages et les documents des procès concernant les agressions" sexuelles et qui faisaient jusqu'à présent l'objet du secret pontifical pourront désormais être livrés aux magistrats de la justice civile des divers pays », a déclaré le pape François.              
Il a été décidé que la détention de matériel pédopornographique impliquant des mineurs de moins de 18 ans serait désormais considérée comme un grave délit, alors qu'auparavant la limite d'âge était de 14 ans.

Entre 14 et 18 ans, ce n’était pas un « grave délit ». Le souverain pontife a néanmoins affirmé à maintes reprises qu'il existait une limite impossible à dépasser : le secret de la confession demeure absolu, ce qui exclut une dénonciation de faits rapportés en confession.

 

 

 

Cachez ce saint que je ne saurais voir

Le pape argentin impose cependant un minimum d'attention, exigeant que "les informations" sur ces affaires soient "traitées de manière à garantir la sécurité, l'intégrité et la confidentialité (...) afin de protéger la bonne réputation, l'image et la vie privée de toutes les personnes concernées ».       
Qu’est-ce que cela signifie ? Le même jour, François a décidé la levée du secret pontifical et accepté la démission, pour « limite d'âge », de l'ambassadeur du Vatican en France Luigi Ventura.

Celui-ci est sans doute âgé, nous ne le contestons pas, mais il a surtout fait l'objet d'une enquête pour agressions sexuelles à Paris. 

 

Entre le bœuf et l’âne

Deux nouveaux santons ont fait leur apparition à Fourvière : Jeanne Garnier et saint Irénée, père de l’Église de Lyon. Le Progrès du 24 décembre 2020 nous informe : « En 202 [donc après les martyrs de 177], le 2e évêque de Lyon est à son tour martyrisé. »

Manifestement, on n’apprend plus aux journalistes à vérifier leurs sources. On ne connaît pas l’année de la mort d’Irénée (on sait seulement qu’il n’existe plus de texte de sa main après 202).

Ses restes pourraient bien ne pas être authentiques – même si on a établi le contraire …en 1410.

Et la seule mention d’une persécution à son endroit vient d’une légende du Vème ou du VIème siècle, qui aurait fait 19 000 victimes, non compté les femmes et les petits enfants.

Les Lyonnais n’en ont pas gardé le souvenir. « Rien ne permet donc d’affirmer qu’Irénée est mort pour sa foi » écrivait Jean Etèvenaux, dans un ouvrage préfacé par le cardinal Decourtray.

En résumé, une seule source connue : l’eau bénite.

 

Du sabre au goupillon

Olivier Jacques Marie de Germay est le nouvel archevêque de Lyon. Né en 1960 à Tours, il est fils d’un général de division. Après des études en classes préparatoires au Prytanée national militaire de La Flèche, il intègre l'École spéciale militaire de Saint-Cyr à Coëtquidan en 1981 (promotion Grande Armée), d'où il sort officier en 1983. Servant dans les forces parachutistes, au 1er régiment de hussards parachutistes, à partir de 1986, il est déployé notamment au Tchad, en Centrafrique et en Irak.

À la Toussaint 1990, alors qu’il se prépare à prendre le commandement d’une unité parachutiste, il découvre sa vocation et renonce à sa carrière militaire. Il passe par le séminaire de Paray-le-Monial en 1991, le Séminaire universitaire Pie XI, l'Institut catholique de Toulouse puis le Séminaire français de Rome et à l'Institut pontifical Jean-Paul II. Il est ordonné prêtre pour le diocèse de Toulouse le 17 mai 1998 et obtient une licence de théologie morale à Rome en 1999. Ses charges le conduisent à Toulouse, puis à Ajaccio, où il est nommé évêque en 2012. Le 22 octobre 2020, la Conférence des évêques de France annonce que le pape François a nommé Olivier de Germay archevêque de Lyon.

 

Sans pitié !

Réaction du « Mouvement révolutionnaire pour la défense des droits des Afrodescendants et des Africains Anti-Impérialisme, Anti-Néocolonialisme luttant contre la négrophobie et le racisme » :

« Des criminels commandos qui tuent en Afrique deviennent saint par la grâce de l’opus dei »

Olivier CERTAIN de GERMAY de CIRFONTAINE, membre des commandos d’Afrique des forces parachutistes de 1981 à 1991, est intervenu dans des actions brutales et meurtrières, au TCHAD, au Cap VERT, au CONGO, en COTE D'IVOIRE, au MALI, en MAURITANIE, en CENTRAFRIQUE, au SÉNÉGAL.

« De père en fil, les GERMAY ont pris part à des missions-exactions meurtrières et assassines contre les populations africaines en servant les commandos de l’armée française nostalgique du colonialisme, prétendant à chaque fois mener des missions humanitaires et de maintien de la paix. »

La devise de son commando est « sans pitié ».

Nous y reviendrons.